Femme assise sur son canapé, elle porte sa main à sa poitrine suite à une douleur à la poitrine.
Photo créé par freepik – fr.freepik.com

C’est un caillot qui se forme à l’intérieur d’une veine. Ce caillot bloque complètement ou partiellement la circulation sanguine dans la veine, comme un bouchon. Elle est aussi appelée thrombose veineuse.

Qu’est ce qui peut déclencher une phlébite ?

  • alitement prolongé ou immobile (suite à intervention chirurgicale, paralysie, maladie prolongée),
  • immobilisation d’un membre par un plâtre,
  • compression d’une veine par exemple chez la femme en fin de grossesse,
  • assis prolongé en avion, voiture ou train,
  • la pilule et les traitements substitutifs à la ménopause,
  • certains cancers,
  • certaines anomalies génétiques,
  • l’obésité,
  • le tabac,
  • Les varices,
  • le risque s’accroit avec l’âge.

Comment savoir ? 

  • Sensibilité au toucher et douleur dans la région atteinte
  • Rougeur et gonflement
  • Sensation de chaleur
  • Fièvre et augmentation du rythme cardiaque

Que dois-je faire pour l’éviter ?  

La prévention est essentielle et repose sur des mesures simples : 

  • contractions musculaires volontaires et répétées sous plâtre, 
  • alitement de durée limitée, 
  • surélévation des jambes pour favoriser la circulation sanguine, 
  • port de bas de contention,
  • utilisation d’un traitement anticoagulant préventif dans toutes les circonstances à risques.

Quel est le danger ? 

 Le caillot risque de se détacher de la paroi de la veine. Porté par le flux sanguin, celui-ci peut alors traverser le coeur, puis obstruer l’artère pulmonaire ou une de ses branches. Cela entraîne alors une embolie pulmonaire, un accident potentiellement mortel.

L’examen le plus utilisé pour le diagnostic est l’échographie Doppler, qui permet de visualiser le débit sanguin dans les veines. (image doppler)

Que faut-il faire en cas de phlébite?

  • le repos,
  • surélévation de la jambe,
  • application de compresses tièdes sur la région atteinte. 
  • Le port de contention veineuse est souvent conseillé. Il s’agit de bandages ou de bas élastiques qui compriment légèrement le mollet ou la jambe et aident ainsi le sang à remonter vers le cœur. La pose de bas par l’infirmière n’est pas prise en charge par la sécurité sociale.
  • Des comprimés anti thrombotiques qui désagrègent les caillots.
  • Des piqûres d’anticoagulants qui luttent contre les récidives et l’extension du caillot. 
  • La chirurgie peut être nécessaire dans certains cas pour supprimer le caillot, ou pour contourner les régions rétrécies des artères (pontage).

Article rédigé par Laëtitia Croissant

Partager